La Carabine US - M1
Avec le site http://www.lanueve.net

La carabine M1 a été, avec le Garand, l'arme la plus utilisée pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elle fût conçue comme un nouveau type de rifle et sa production fût la plus élevée parmi toutes les armes fabriquées par le USA pendant la guerre.

La carabine M1 fût développée en réponse à la Blitzkrieg, la nouvelle tactique utilisée par les allemands en 1940. Les anciens concepts de fortifications fixes et fronts statiques étaient tombés face à l'utilisation de forces mécanisées d'une grande mobilité et laissèrent bien évidemment les troupes d'arrière-garde qui, en principe, n'étaient pas considérées comme troupes de combat devraient se défendre des rapides attaques ennemies. Il était évident que les armes courtes avec lesquelles ces troupes étaient pourvues n'étaient pas suffisantes à faire face à la nouvelle menace. D'un autre côté, il n'était pas considéré pratique surcharger ces troupes, qui n'étaient pas impliquées directement dans les combats, avec le poids additionnel que représentaient les rifles, pistolets mitrailleurs ou mitrailleuses dont on disposait à ce moment-là. Après des nombreux essais, on adopta le design de la firme Winchester, d'après l'idée de David Williams, un ancien bagnard qui la conçut, et en fabriqua même un modèle, pendant son séjour en prison. Lorsque son projet fût adopté, Williams travaillait pour Winchester et son rêve devint réalité. La carabine fût acceptée officiellement le 22 Octobre 1942 et jouit d'un tel succès qu'elle fût adoptée par toutes les branches des forces armées des Etats-Unis. L'on construisit trois modèles : le M1, le M1A1 (à crosse pliante pour les parachutistes) et la M2 à dispositif de tir à rafale. Inland, une division de General Motors, fabriqua le plus grand nombre d'unités avec un total de 2.650.000 carabines produites jusqu'en Août1945. L'ensemble des fabricants produisit environ 6.200.000 carabines qui furent utilisées jusque dans les guerres de Corée et Vietnam. Cet arme fût fabriquée par 10 entreprises en quelques 15 variations et jusqu'à sept types des 54 pièces qui la constituaient . Elle est, donc, l'arme favorite des collectionneurs dont certains ne font que collectionner toutes ses variantes. Ayant été produites des quantités aussi importantes, il n'est pas trop compliqué d'arriver à " reconstruire " une carabine avec toutes les pièces correctes. Ainsi donc, il est très facile pour le collectionneur occasionnel d'avoir une carabine correcte " de guerre " puisqu'elle a été fabriquée seulement pendant le conflit. Toutes les pièces de la carabine sont, donc , " de guerre " et seulement si l'on souhaite avoir une carabine " plus correcte " il devra être changé quelques pièces externes. Nous allons, ensuite, faire une brève description des plus importantes, tout en faisant remarquer qu'il s'agît de celles fabriquées par Inland puisque ce sont celles que l'on trouve couramment sur le marché.



1. Point de mire arrière Le point de mire arrière eut trois variantes pendant la 2ème Guerre Mondiale. La première était de hausse à " feuille ", à deux positions. Ces points de mire ont été fabriqués tout à fait en début de production. La plupart des carabines ont un point de mire arrière complexe à hausse à roue. Ceci étant, seulement s'il s'agit d'un numéro de série bas ( en dessous du nº 5.000.000 de celles fabriquées par Inland, la firme qui produisit le plus grand nombre d'armes) le point de mire arrière à roue est correct.

2. Canon Dans ce chapitre il faudra, seulement, vérifier que le fabricant du canon coïncide avec celui de l'arme. Dans le 90% des cas examinés par l'auteur, le fabricant du canon était le même que celui de l'arme.

3. Bande du canon L'on fabriqua trois types de bande. La première était très étroite (large d'environ un centimètre). A partir du numéro de série 5.000.000 ( au début de 1944) Inland produisit un deuxième type destiné à fixer les différentes parties de la carabine plus fermement. Celle-ci est plus large que l'antérieure (1,7 centimètres) et est la plus courante. Le dernier type est pareil au second, mais avec une projection qui sert à mettre la baïonnette M4 au canon. Cette pièce, dénommée T4, est apparue seulement à partir du numéro de série 6.300.000 (Octobre/Novembre 1944). Toutes les carabines qui étaient envoyées en réparation aux armuriers furent équipées de cette pièce, mais il n'est pas rare de les trouver avec le second type.

4. Cran d'arrêt Cette pièce subît des nombreuses variations, le but des premières étant de pourvoir ce dispositif d'une plus grande sécurité. Ces changements sont, essentiellement, internes et ne peuvent pas être remarqués à vue d'œil (à l'exception du premier modèle, qui avait la surface du cran d'arrêt divisée à carreaux). Le changement le plus important eut lieu à partir du numéro de série 6.850.000 ( début 1945). Le cran d'arrêt et le bouton d'expulsion du chargeur étant ensemble, des erreurs tragiques furent commises lorsqu'il y avait confusion entre le cran d'arrêt et le bouton d'expulsion du chargeur, en laissant le soldat désarmé au moment le moins opportun. Pour ne plus confondre les deux boutons, il fut dessiné un cran d'arrêt rotatif à deux positions. Dans l'après-guerre, pratiquement toutes les carabines furent équipées avec ce système.

5. Bois La plupart des bois des carabines que l'on trouve sur le marché ne sont pas d'origine. Étant donné que ces armes furent remises à des pays alliés des USA après la guerre, les bois ont été, éventuellement, remplacés par d'autres d'une qualité inférieure, quoique si la couleur n'est pas très claire, cela ne devrait poser aucun problème. Il existe ,cependant, une pièce qui, n'étant pas trop chère et plus visible, peut être susceptible d'être remplacée par une d'origine. Il s'agît du bois qui couvre la partie supérieure du canon. La bande de cette pièce eut trois variations, la plus importante a été la dernière qui eut lieu à partir du numéro de série 6.220.000 (Octobre/Novembre 1944) où l'on passa d'employer deux rivets pour fixer le bois à la partie métallique qui s'emboîte dans la caisse de mécanismes, a en utiliser quatre. Ainsi, si le numérotage le demande, on peut remplacer le bois à quatre rivets par celui à deux. La carabine M1 est l'une des armes les plus versatiles de la 2ème Guerre Mondiale et celle la plus utilisée par les effectifs de la 2ème Division Blindée, car bien que leur tâche était de lutter en première ligne, leur condition de troupes blindées en faisait les parfaits candidats à une arme plus légère que celles portées par les soldats d'infanterie. Aujourd'hui, il n'est pas difficile de trouver d'exemplaires fondamentalement corrects à des prix qui ne sont pas, pour l'instant, prohibitifs. Aussi bien aux bourses militaria que dans les boutiques on-line, on peut encore en trouver à des prix entre 400 et 650 euros, en fonction de leur état de conservation. On peut, aussi, en obtenir en état de tir, bien que la munition (calibre.30 M1) est pratiquement impossible à trouver, tout au moins en Espagne. Sa grande valeur comme objet de collection et sa popularité au cours de ces dernières années peuvent la transformer, en peu de temps , en une arme chère et difficile à trouver. C'est , donc, le meilleur moment de s'en procurer un exemplaire en bon état.

Tous droits réservés 2002 http://www.Marechal-Leclerc.fr.st photos (DR)
Reproduction de cette article avec l'aimable autorisation de Lanueve.net
 


http://www.Marechal-Leclerc.fr.st
Tous droits réservés 2002 http://www.Marechal-Leclerc.fr.st