Captain Pappy DOYLE:
Un aviateur aux commandes d'un sherman.


Le 24 août 1944 entre 20h50 et 21h30 à hauteur d'Arpajon, la 2è DB en marche vers Paris a bénéficié d'un appui aérien de douze P-38 du 474th Fighter Squadron de l'USAF. Un autre pilote du 474 était à bord d'un char de la 2è DB pour assurer les liaisons air-sol.

Pour information, dans le cadre des activités du musée de l'Aviation de Beauvais-Warluis, des recherches ont été effectuées sur le 474 : deux de ces douze pilotes ont été tué le lendemain. Stone, à Mello (Creil), et Zierlein, lieu de crash encore à déterminer. Voici le témoignage de Pappy Doyle traduit de l'Anglais.

 

Le capitaine Pappy Doyle à passé deux semaines au sein de la 2ème DB en tant qu'officier de liaison et contrôleur aérien, au beau milieu des combats pour la Capitale. Les histoires de pappy étaient à vous faire dresser les cheveux sur la tête mais aussi pleine d'humour. Il fit parti des 8 Américains entrant les premiers dans Paris. Il a également été sous le feu, un bon nombre de fois.


"L'histoire de mon trajet vers Paris commence réellement deux semaines plus tôt. Un soir "au Club"(une simple tente) je spéculais avec le Major HEDLUND et le Colonel WASEM sur le fait que les pilotes de combat ferais les meilleurs contrôleurs aérien avec les troupes au sol. Les pilotes sont les mieux placés de comprendre le cadre d'emploi, ainsi que les limitations du support aérien. Après une courte discussion et un coup de téléphone du Colonel WASEM, j'étais en route vers le QG du Veme Corps d'armée. Comme je parlais français, je fus dirigé vers la 2ème DB commandé par le Général Leclerc, un brillant et atypique tacticien des forces blindées.


Autant que je sache, je fus le premier pilote assigné à cette tâche. Le Général Leclerc était un fervent partisan du support aérien, il ne pensait que du bien des P38. Dès le début nous nous sommes bien entendu. Je participais d'ailleurs à toutes les réunions en tant que membre à part entière de la 2ème DB.


Ces 2 semaines de trajet vers Paris, avec la 2ème DB, défient presque toute description. La division était électrifiée d'enthousiasme à l'idée de libérer Paris. Je pris place dans le char de tête, à la place du pilote adjoint. Rapidement j'appris à conduire l'engin et j'ai même aidé lors de la réparation d'un train de roulement touché lors de combats. J'ai pris plaisir à diriger les attaques en piquet et les attaques de soutien des unités au sol. Les pilotes semblaient apprécier la communication avec quelqu'un qui parlait leur langue ! Ce fut le début de la désignation d'autres pilotes pour remplir cette tâche. Le 428th ouvrit la voie d'une meilleure coopération Air-Sol. [...]


La 2ème DB a fait très attention dans son approche de la grande ville. Une colonne de Panzer ainsi qu'un unité d'artillerie ont été dépassé. Au moment de franchir les limites de la ville, mon Sherman était en tête de notre colonne, avec moi debout dans la trappe ouverte. Notre tranquillité ne dura pas. Rapidement les enfers furent déchaînés. Des tirs provenant d'armes de petits calibre et de mitrailleuses semblaient pleuvoir de toutes les directions. Les snipers allemands sur les toits tentaient désespérément de ralentir les libérateurs. A nouveau à l'intérieur du Sherman avec la tourelle fermée, je demandai le support aérien.


La bataille pour Paris fut violente, sauvage et conséquente. Quoiqu'il en soit la colonne du général Leclerc continuait sont chemin à travers les défenses ennemies. Une fois celles-ci transpercées ce fut une chevauché sauvage jusqu'a l'Arc de Triomphe. Les Parisiens jubilaient et le champagne coulait à flot de partout. Il y avait 8 américains à Paris en ce jour de libération, nous nous sommes retrouvé au matin sur l'avenue Foch pour regarder les opérations de nettoyage par les français dans le centre de la capitale. Je me tenais près de Ernest Hemingway lorsque le général De Gaulle, après avoir rallumé la flamme sur la tombe du soldat inconnu, descendit triomphalement les Champs Elysées.


Nous avons aussi été témoin du traitement des femmes ayant collaboré avec les Allemands. Des croix gammées étaient peintes sur leur tête rasée, leurs seins, et leur ventre. Hemingway fut outré par ces traitements et les trouva indécents et sauvages. Cependant les collaboratrices ne résistaient pas et ne se plaignaient pas plus. Elles semblaient réagir comme si le prix à payer pour ces années de collaboration avec leurs "compagnons" allemands n'était pas trop fort.
Apparemment les Français ont bien aimé mon travail: Je reçu la Croix de Guerre avec palme.

.


Les insignes du 474th FG et du 428th Squadron.



  • Mars 12 Arrivée à Warmwell, terrain de la RAF en G-B.

  • Avril 25 1ère mission en Europe sur la région de Rennes.

  • Juin 8 Sur 32 bombes larguées, 23 atteignent l'objectif : des batteries à la Pointe de Barfleur, est de Cherbourg.

  • Juillet Bataille de la tête de pont de Mantes.

  • Août 8 A-11 Première installation en France, à Neuilly-la-Forêt, près d'Isigny.
    23 Destruction massive de matériel allemand dans la poche de Falaise

  • 24 12 P-38 apporte un soutien aérien à la 2è DB en marche vers Paris dans le secteur d'Arpajon. Un pilote du 474 a été détaché à bord d'un char pour assurer la liaison au sol. La Croix de Guerre lui sera décernée par l'Armée Française.

  • 25 Vendredi noir dans le Beauvaisis. Mission 135. Onze P-38 sur 23 sont descendus en 20mn. Quatre pilotes tués. Deux d'entre eux étaient de la mission de soutien à la 2è DB la veille.

  • Sep 01 A-43 Installation à St-Marceau (Le Mans)
  • 12 A-72 Installation à Mons-en-Chaussée (Péronne)
  • 22 Première utilisation du napalm.

  • Oct 09 A-78 Installation à Florennes (Begique)

  • Déc 16 Début de la Bataille des Ardennes.
  • 29 Les Allemands ne sont qu'à 22km du terrain…

  • Mars 7 L'US Army capture le pont de Remagen. Pendant 10 jours le 474th FG protège la tête de pont des contre-attaques allemandes.
  • 17 Le 474th FG et les Russes se rencontrent dans les airs.
  • 21 Y-59 Première installation en Allemagne, à Strassfeld

  • Avril 23 R-2 Installation à Bad Langensalza

  • Juin 14 Le 474th FG reçoit la "Presidential Unit Citation"
  • 16 R-25 Installation à Schweinfurt
  • Nov Retour aux USA

Sources: The 428th Fighter Squadron in World War II, J.T.Steinko


Remerciements : Jean-Claude Clouet, Jean-Jacques Plessiet, Alain Bodel.


http://2db.free.fr
Tous droits réservés 2002 http://2db.free.fr